Christine CHOLLIER
Étude contrastive du récit d’esclave et de la fiction sur l’esclavage : The Narrative of the Life of Frederick Douglass (1845) et The Confessions of Nat Turner (1966)
Résumé : — Le terme français de « récit », pas plus que l’anglais « narrative », ne distingue pas les témoignages des romans tandis que la paire usuelle fiction/non-fiction semble suggérer que la différence peut se rapporter uniquement à la référence. Néanmoins, lorsqu’on observe les deux sortes de textes, on se rend compte que les lecteurs ont affaire à des configurations sémiotiques qui ne peuvent se réduire à des dualismes tels que invention/faits réels, ou personnages imaginaires/personnes réelles. En effet, ces phénomènes textuels s’émancipent du monde physique tout en différant globalement en tant que genres littéraires, même s’il arrive qu’ils s’imitent ou se parodient localement. En tant que tels, ils doivent être interprétés et requièrent sur un axe éthique une instance de garantie qui examine les impressions référentielles qu’ils génèrent.
Pour citer ce document
CHRISTINE CHOLLIER (2022) «Étude contrastive du récit d’esclave et de la fiction sur l’esclavage : The Narrative of the Life of Frederick Douglass (1845) et The Confessions of Nat Turner (1966)», [En ligne], Volume XXVII - n° 3 (2022). Coordonné par Créola Thenault-Baltaretu,
URL : http://www.revue-texto.net/index.php/archives/parutions/docannexe/file/3445/docannexe/file/4725/index.php?id=4792.