Groupe Mu (Université de Liège)
La sémiotique entre nature et culture
Résumé : Si la naturalisation des sciences humaines débouche sur bien des apories, le mouvement inverse est bien problématique lui aussi. L’analyse de ces mouvements et de l’argumentation qui les soutient fait voir que les deux autonomismes — l’autonomisme naturaliste, mais aussi l’autonomisme culturaliste, dominant en sémiotique — se condamnent à la tautologie. Une sémiotique cognitiviste, prenant au sérieux la question de l’articulation du physique et du symbolique, réclame l’abandon du dualisme nature-culture. Ces deux instances sont en définitive à concevoir comme s’inscrivant dans un continuum. Ou plutôt dans un double continuum : un continuum objectif et un continuum discursif.
Pour citer ce document
GROUPE MU (2011) «La sémiotique entre nature et culture», [En ligne], Volume XV - n°4 (2010) et XVI - n°1 (2011). Coordonnés par Évelyne Bourion,
URL : http://www.revue-texto.net/index.php/docannexe/Parutions/Archives/Parutions/Semiotiques/docannexe/file/Parutions/Archives/Archives/Parutions/Archives/Parutions/Parutions/Archives/Parutions/Parutions/Semiotiques/index.php?id=2735.