Jean Giot
Sémiotique de la souveraineté - À propos de la royauté en Belgique
Résumé : La constitution de la Belgique instaure une monarchie dont les attributs — trône, sceptre, couronne — sont symboliques (non matériels), et dont la fonction est à l'intersection des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, en même temps qu'elle est au coeur, non au sommet, d'un corps social diversement divisé et historiquement trilingue. On tente une analyse sémiotique de cette institution à travers une performance sémiotique complexe, le cérémonial de prestation de serment par le roi et ses transpositions dans une spatialité urbaine. Les catégories analytiques principalement utilisées appartiennent à la sémiotique de François Rastier : adresse et destination, zone anthropique distale, temps de la transmission. Corollairement, est évoqué le protocole (égard, distinctivité) et est abordé le thème des fondements du socius dans l'absence. Des références à E. Cassirer éclairent cette traversée d'une structure anthropologique.
Pour citer ce document
JEAN GIOT (2019) «Sémiotique de la souveraineté - À propos de la royauté en Belgique», [En ligne], Volume XXIV - n°4 (2019),
URL : http://www.revue-texto.net/index.php/http:/www.revue-texto.net/1996-2007/Parutions/Parutions/Semiotiques/docannexe/file/104/docannexe/file/3228/docannexe/file/4394/Archives/SdT/Archives/SdT/Archives/SdT/index.php?id=4293.