MARYVONNE HOLZEM et JACQUES LABICHE
Résumé : En s'appuyant sur la théorie de l'énaction, cette étude se propose de caractériser la relation avec l'environnement numérique de travail comme un couplage sémiotique. Pour cela, elle récuse les conceptions technologisantes de la cognition et s'appuie sur les sciences de la culture.