PIERRE-YVES TESTENOIRE
Résumé  : La prise en compte des manuscrits de Ferdinand de Saussure modifie considérablement les contours de la linguistique saussurienne telle que la dessine le Cours de linguistique générale, publié à titre posthume. Ce constat vaut tout particulièrement pour le concept de « linéarité ». Son traitement dans le Cours de linguistique générale est des plus succincts. L’adjectif linéaire n’intervient que deux fois et s’applique tantôt au signe, tantôt à la langue. L’objet de l’article est d’exhumer les variations et la productivité d’une réflexion autour de la linéarité dont la publication posthume de 1916 ne rend pas compte. On s’applique à observer, à partir des écrits manuscrits du linguiste et des cahiers de ses étudiants, la genèse, le développement et les variations terminologiques - « consécutivité », « unispatialité » - que connaît ce concept dans la pensée saussurienne. Ce parcours conduira à isoler, dans les cahiers consacrés à la recherche des anagrammes, le passage où Saussure fait de la succession linéaire inhérente aux faits de langue « le principe central de toute réflexion utile sur les mots ».