ARNAU PONS
Résumé  : Après Mohn und Gedächtnis (1953) et son poème le plus célèbre, le plus controversé aussi, «Todesfuge», Von Schwelle zu Schwelle (1955) consacre définitivement Paul Celan. Il s’agit d’un livre charnière, situé entre la densité du premier recueil et l’abstraction de Sprachgitter (1959). Même si le livre est dédié à sa femme, Gisèle de Lestrange, il est difficile de ne pas voir dans certains poèmes les traces d’un dialogue avec la poète autrichienne Ingeborg Bachmann, qui s’était instauré dès le premier recueil et allait se prolonger jusqu’au dernier publié de son vivant Fadensonnen (1967). Fruit de la traduction catalane de ce livre et de la pratique philologique qui l’a accompagnée, ces 'Notes' exposent quelques hypothèses sur le sens de quelques poèmes, ce qui oblige à prendre position à l'égard de certaines de leurs versions dans d’autres langues et des données supposées objectives qui apparaissent dans le commentaire de l’édition Die Gedichte (2003).