SARAH AL-MATARY et YANNICK CHEVALIER
Résumé  : Entretien sur le dernier livre de F. Rastier, Apprendre pour transmettre, où l'auteur interroge de manière critique la crise économique et politique que traversent les sociétés contemporaines et ses conséquences sur le système éducatif.
GABRIEL BERGOUNIOUX
Résumé  : Dans cet entretien réalisé pour la revue penser / rêver en 2006, Gabriel Bergounioux présente Lacan débarbouillé, ouvrage dans lequel il propose, à partir d’une analyse philologique et linguistique, un rétablissement du texte de séminaires de Lacan lui paraissant fautivement transcrits. Au passage, il sera question de parole intérieure, de Saussure et d’interprétation.
SIMON BOUQUET et STÉPHANE HESSEL
Résumé: Stéphane Hessel, co-rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme (1948), discute avec Simon Bouquet de ses enjeux linguistiques et éthiques.
SIMON BOUQUET
Résumé  : André Green est certainement, avec Jacques Lacan, le théoricien français de la psychanalyse qui s’est intéressé la plus activement à penser la rencontre de sa discipline avec la linguistique. Simon Bouquet (dans un texte prononcé lors de l’hommage organisé par la Société Psychanalytique de Paris en novembre 2012) reprend l’historique de cette rencontre avec la linguistique – procuré par Fernando Urribarri dans sa préface au recueil Du signe au discours – et propose un amendement à ce dernier pour mettre en lumière un ultime épisode de l’aventure greenienne d’une rencontre entre psychanalyse et linguistique : une période néosaussurienne, consécutive à la découverte par Green des Ecrits de linguistique générale de Ferdinand de Saussure.
JEAN-PAUL BRONCKART
Résumé  : Dans un hommage à François Rastier en forme de débat, Jean-Paul Bronckart revient sur les concepts de "texte", "genre" et "discours" pour examiner les points de rencontre, et les divergences, entre sémantique textuelle et interactionnisme socio-discursif.
EMMANUEL DESVEAUX et PHILIPPE LACOUR
Résumé  : Cet entretien a été réalisé en juin 2008 à Berlin. Emmanuel Désveaux, anthropologue et professeur à l’EHESS, y expose les principales lignes de force de son travail concernant les indiens d’Amérique du Nord. La conversation débute par la question du rapport à l’œuvre de Lévi-Strauss, à l’égard de laquelle E. Désveaux exerce un droit d’inventaire critique assez hétérodoxe (1). Elle se poursuit par l’examen des célèbres thèses sur l’échange matrimonial et la prohibition de l’inceste, que le terrain américain invalide clairement (2). L’entretien porte ensuite sur la nécessité d’étendre la notion de transformation logique à d’autres domaines que le mythe : les rites, l’organisation sociale, la nomenclature, les techniques et même les langues (3). Les questions portent alors sur la mise en évidence d’un « quadrant » américain où la filiation (et non l’hérédité) joue un rôle décisif – d’où une ontologie non substantialiste, et la nécessaire réhabilitation d’un diffusionnisme modéré (4). Cette spécificité américaine suggère un nouveau programme d’étude – non génétique – des langues autochtones (5).
EMMANUEL FAYE
Résumé  : Emmanuel Faye répond aux questions de Gaëtan Pégny, Béatrice Fortin et Michèle Cohen-Halimi sur les implications philosophiques de l’engagement nazi de Heidgger, et à la lumière de la Gesamtausgabe dont 66 volumes sur les 102 annoncés sont aujourd’hui publiés.
JEAN-PIERRE FAYE
Résumé  : Dans la polémique sur l'implication politique de Martin Heidegger, et ce qu'on en doit lire dans son œuvre, Jean-Pierre Faye exerce ici son droit de réponse à François Fédier, défenseur du philosophe de Fribourg.
ANDRÉ GREEN
Résumé: André Green décrit les déterminismes épistémologiques de l’anthropologie structurale ayant engagé chez Lévi-Strauss un rejet radical de la psychanalyse.
REINHARD LINDE
Résumé  : Traduction française d'un chapitre du livre de Reinhard Linde, Bin ich, wenn ich nicht denke? (Centaurus Verlag, Herbolzheim 2003). Le chapitre, actualisé pour cette traduction, s'intitule "Das Stehen gegen den Feind. Heideggers Ontologie des totalen Krieges und der 'völligen Vernichtung' der Feinde des Nationalsozialismus von 1933" et constitue la première étude à analyser les textes de Heidegger réunis sous le titre Sein und Wahrheit .
CHARLOTTE LACOSTE
Résumé  : L’expérience de Milgram sert aujourd’hui de caution scientifique aux tenants de la mauvaiseté naturelle de l’espèce humaine : l’homme s’abstient de brutaliser son prochain tant que la société l’en empêche, mais dès qu’elle lève les interdits, le nazi en lui reprend le dessus et c’est le meurtre généralisé. En nous appuyant sur une lecture précise de Soumission à l’autorité, dans lequel Stanley Milgram présente les résultats de ses expériences et expose ses propres analyses, nous tâcherons de mesurer l’écart entre les thèses qui sont les siennes et l’exploitation qui en est faite.
PHILIPPE LACOUR
Résumé  : A partir de deux livres récents, La fin de l’exotisme d’Alban Bensa et Spectres de l’anthropologie d’Emmanuel Désveaux, on interroge une difficulté logique de la réflexion anthropologique contemporaine touchant le concept de culture. D’un côté, l’anthropologie pragmatique semble dénier à cette notion toute pertinence au-delà des seules pratiques situées ; de l’autre, l’analyse du cas amérindien atteste l’existence d’une forte cohérence culturelle générale. L’article fait l’hypothèse que cette contradiction logique n’est qu’apparente, et trouve sa résolution dans une élucidation ontologique de la nature virtuelle du culturel, qui permet de concilier ces approches pragmatique et sémantique. A titre de corollaire épistémique, l’article souligne le rôle fondamental de l’interprétation dans l’approche des ensembles culturels.
REINHARD LINDE
Résumé  : Traduction française d'un chapitre du livre de Reinhard Linde, Bin ich, wenn ich nicht denke? (Centaurus Verlag, Herbolzheim 2003). Le chapitre, actualisé pour cette traduction, s'intitule "Das Stehen gegen den Feind. Heideggers Ontologie des totalen Krieges und der 'völligen Vernichtung' der Feinde des Nationalsozialismus von 1933" et constitue la première étude à analyser les textes de Heidegger réunis sous le titre Sein und Wahrheit .
FRANÇOIS RASTIER
Résumé: L’entretien précise des principes de la sémantique interprétative, en liaison avec l’épistémologie de la linguistique et de la sémiotique.
FRANÇOIS RASTIER et GEORGES-ELIA SARFATI
Résumé  : Dans cet entretien, paru en mars 2009 dans la revue Controverses, Georges-Elia Sarfati interroge François Rastier sur les raisons qui l'ont amené à se saisir de questions éthico-politiques contemporaines. Au fil de l'entretien, sont abordés notamment l'oeuvre poétique de Primo Levi,l'engagement nazi de Heidegger, Les Bienveillantes de Littell ou encore l'exposition Our body, récemment interdite.
FRANÇOIS RASTIER
Résumé  : Souvent présenté comme le plus grand philosophe du XXe siècle, Heidegger est aussi connu pour son engagement nazi. Sans égard pour les édulcorations usuelles, cette étude, appuyée sur des principes philologiques, étayée par des documents nouveaux, invite à une relecture du corpus accessible. Elle souligne enfin les ambiguïtés de l’heideggérisme aujourd’hui.
FRANÇOIS RASTIER
Résumé  : En s’appuyant sur les méthodes textométriques et les acquis de la linguistique de corpus, la caractérisation stylistique des œuvres littéraires peut opportunément se renouveler voire se refonder.
FRANÇOIS RASTIER et AMIR BIGLARI
Résumé  : Amir Biglari questionne François Rastier sur le carré sémiotique et l'histoire de la sémiotique greimassienne.Ses réponses orientent la discussion loin des questions disciplinaires, vers un agenda de recherche.
FRANÇOIS RASTIER et GAËTAN PÉGNY
Résumé  : Dans Ulysse à Auschwitz (prix de la fondation Auschwitz en 2005), François Rastier réinterprète l’ensemble de l’œuvre de Primo Levi en tenantcompte de son activité de traducteur et de ses poèmes, trop négligés par une critique qui a pris au mot l’assimilation par Levi de sa poésie à sa part irrationnelle. François Rastier montre à rebours de cette non-lecture l’importance de la poésie pour Levi, les années où il écrit le plus de poèmes étant celles où il élabore Si c’est un homme (paru en 1947) et celles qui précèdent son dernier ouvrage, Les naufragés et les rescapés (1986). Réinscrivant leur auteur dans une tradition poétique à laquelle ils empruntent et dont ils se démarquent, les poèmes déploient une poétique à même de rendre compte de l’expérience du survivant et de sa cassure, et témoignent pour le témoin, dont la voix est redoublée par celles que la poésie rend audible. C’est du désir de poursuivre les voies ouvertes par cette double réflexion sur la poésie de Primo Levi et sur la traduction qu’est né cet entretien.
FRANÇOIS RASTIER
Résumé  : Gianni Vattimo, philosophe de la déconstruction, a récemment salué le courage de Heidegger dans son engagement nazi. Accompagné de critiques envers Marc Bloch et Ernst Cassirer, son propos le conduit à délégitimer la justice internationale et les droits de l’homme.
FRANÇOIS RASTIER
Résumé  : De l’école à l’université, la même idéologie managériale restreint le contenu des disciplines au profit d’activités diverses, remplace les connaissances par des "compétences" et multiplie les évaluations concurrentielles, comme si l’éducation n’était qu’une préparation à l’emploi et l’homme une « ressource » humaine. François Rastier décrit le poids des objectifs fixés par les politiques publiques qui pèsent sur les enseignements et l'exigence de formatage et de rentabilité qui les soutend et qui transforme en profondeur le contenu des disciplines et la raison d'être éducative. Illustrant son propos d'exemples pris dans les textes de l'OCDE, du Parlement européen ou les programmes du Ministère de l'éducation, François Rastier désapprouve, entre autre, la gestion administrativo-scientifique des projets de recherche, le vocabulaire managérial et les formulaires standardisés, l'idéologie techniciste des modèles procéduraux et leur « vernis d'efficacité ». A la logique, vide de sens, du produit standardisé et des « langues de service artificielles et sans histoire », il oppose la diversité des « langues de culture » irréductibles à la seule communication ainsi que les qualités « éducatrices » des oeuvres artistiques -surtout littéraires. Pour conclure, il prône le don de la transmission des connaissances comme forme de résistance à l'idéologie managériale.
VALENTIN TEMKINE, FRANÇOIS RASTIER et PIERRE TEMKINE
Résumé  : En s’appuyant sur une relecture détaillée de En attendant Godot, Valentin Temkine produit une interprétation globale renouvelant la lecture de la pièce : à rebours des interprétations selon les canons du « théâtre de l’Absurde », il restitue la pièce à l’Histoire en explicitant les thèmes latents de l’Occupation et de la Shoah. Le dialogue entre Valentin et Pierre Temkine est suivi de trois réactions : Sur les traces de Godot : Une enquête littéraire (P. Temkine), Ce que ça fait de ne rien en dire (P. Temkine), En attendant Valentin Temkine (F. Rastier).