JEAN SZLAMOWICZ
Résumé : — L’article se donne pour but d’étudier les défauts scientifiques des propositions de réforme de la langue connues sous le nom d’écriture inclusive. La confusion entre signes linguistiques et référents humains, l’axiome déterministe voulant que la langue soit à la source de la pensée et de la culture, certaines déclarations des « inclusivistes » (notamment de la langue comme produit d’une décision institutionnelle) y sont fortement dénoncés. L’étude des procédés rhétoriques, stylistiques et argumentatifs de diffusion de la doctrine indexe finalement l’inclusivisme comme pratique de propagande politique et idéologique.