Astrid Guillaume (Université Paris Sorbonne et Université Catholique de Lille)
Pour une sémiotique diachronique des cultures. De Perceval à Avatar.
Résumé : La culture émerge d’un cheminement individuel, social, collectif, à l’échelle de la famille et d’un ou plusieurs pays. Elle est faite d’apprentissages, d’initiations plus ou moins heureuses, de contacts, de rencontres, de voyages, de souvenirs, de mémoire réelle et fictive: l’ensemble de ces ingrédients forment la base d’une culture à laquelle se référer et s’identifier. Intimement liée à la notion de mémoires individuelle et collective, elle s’inscrit de notre gré ou à notre insu dans un processus de formation et d’identification sur le (très) long terme de manière synchronique mais également diachronique.Au-delà de l’Œuvre ou du Texte en tant que corpus, une période entière peut contribuer à éveiller un sentiment commun qui fait sens consciemment ou inconsciemment. La période médiévale dans son approche religieuse et romanesque a influencé la culture occidentale de manière considérable. Rejetée en bloc de la Renaissance au XIXe siècle, elle est revenue en force dans le dernier tiers du XXe siècle. Nous verrons comment l’époque et l’œuvre médiévales avec ses motifs se retrouvent dans la majorité de la production cinématographique américaine et européenne du moment et; à ce titre, orientent dans une certaine direction une bonne partie de la jeunesse mondiale. Une sémiotique des cultures, telle que François Rastier la conçoit, permet de prendre en considération les influences bénéfiques ou néfastes des temps passés sur le présent, permet d’en comprendre les raisons et d’envisager de possibles incidences sur les mentalités présentes et à venir.
Téléchargez l'archive sur: http://www.revue-texto.net/mediasfs/data/public/6593b620f55b55d3fc0595e8f77e2548.php?lang=fr
Pour citer ce document
ASTRID GUILLAUME (2013) «Pour une sémiotique diachronique des cultures. De Perceval à Avatar.», [En ligne], Volume XVIII - n°2 (2013). Coordonné par Christophe Gérard,
URL : http://www.revue-texto.net/index.php?id=3221.